Il y a des moments qui ne paraissent pas être super importants mais qui changent finalement beaucoup de choses. Un de ces moments a été une discussion avec ma cousine. Elle attendait son deuxième et nous discutions préparation à l'accouchement. Et elle de me dire qu'on ne préparait pas assez à "l'après". Je ne comprenais pas très bien de quoi elle parlait. Je faisais une séance sur les suites de couches, immédiates et plus lointaines ; sur comment mieux appréhender cette période, comment la faciliter. Alors je ne comprenais pas du tout de quoi elle parlait ! Et elle continuait en me parlant des difficultés à savoir qui on est, à comprendre ce qu'on veut pour notre vie et cette nouvelle petite vie, que ça fout un peu le bazar sur tout ce qu'on a construit parce que tout ce qui était clair avant ne l'était plus ensuite...

Et alors là, je ne voyais vraiment pas de quoi elle parlait !!!!

Elle me parlait (sans le savoir) de la matrescence. La quoi ??? La matrescence, le 4ème trimestre de grossesse (qui dure plutôt 2 trimestres, facile...), la vie d'après, le début de la nouvelle en somme...

Qu'est ce donc que la matrescence ? C'est la naissance d'une mère ! Et comme toute naissance, c'est une sacrée expérience, belle certes mais difficile aussi.

Après la naissance, il est normal d'être dans une bulle dont le centre est notre bébé. Vous avouerez que c'est plutôt bien foutu quand même ! Il ne peut pas vivre sans nous, et notre principale préoccupation c'est lui. Sauf que notre vie ne se résumant pas à lui, il y a comme un petit truc qui peut clocher...

Qu'en est il des aspirations professionnelles que nous avions avant ? Qu'en est il de ce couple qui était notre centre ? Qu'en est il de nos envies et besoins personnels qui étaient nécessaires à notre équilibre avant ?

En second (et parfois très très lointain) plan !!! Et ça, c'est flippant !! Mais enfin qui est cette personne qui est sensé être moi mais qui ne me ressemble presque plus ? Tout ce qu'on s'était dit qu'on ferait ou qu'on ne ferait pas avant d'avoir un enfant, toute l'incompréhension qu'on avait pu ressentir face à ces jeunes mamans qui ne parlaient que de leur bébé et qui nous avait fait dire "je ne ferait jamais ça !"... Tout ça, ça se passe aussi chez moi ????

Oui, vous naissez à votre nouveau rôle et c'est imparable. Chaque naissance est différente et donc chaque matrescence est unique. Il y a cependant quelques points communs :

- l'ambivalence : ce bébé est le centre de notre monde et une source de bonheur incroyable, mais également un obstacle. Un obstacle à nous même telle que nous nous étions imaginé avant sa venue, un obstacle à notre liberté, à notre épanouissement individuel... Il est tout ça en même temps, une source de bonheur profond et notre boulet personnel. Et donc ça nous donne des melanges de sentiments particulièrement complexes parfois, voir mêê franchement culpabilisants.

- la solitude : la naissance à nous même est par définition un chemin personnel, personne ne peut le faire pour nous. C'est donc un chemin solitaire. Pour ajouter à cette solitude, nous vivons dans une société qui n'aide pas vraiment. Dans son individualisme, elle créé l'isolement, qui renforce la solitude. Et l'isolement a diminué voire quasiment détruit les transmissions d'expériences. Comment savoir ce qui est normal ou non si chaque femme vit sa parentalité comme si c'était la première fois que ça arrivait dans le monde (ce qui est assez paradoxal, vous l'avouerez, pour un évènement si fréquent dans l'histoire de l'humanité...) ?

- le côté transitoire : c'est une phase, ça a une fin ! C'est pas évident de le ressentir comme tel lorqu'on y est mais c'est imparable. Alors notez bien que vous ne serez pas après celle que vous étiez avant. On ne se "retrouve" pas comme avant, on se découvre différente. Mais c'est certain, tout aussi certain que l'accouchement d'un bébé a une fin, l'accouchement de parents en a une aussi (même si le job est sans fin et entraine une permanente évolution).

 

Comment vivre cette période le mieux possible ?

- se renseigner : alors évidemment, il y a les sages femmes qui sont là pour vous, mais il y a aussi des supports très intéressants, à suivre à votre rythme comme le très riche podcast fait par Clémentine Sarlat (lien : La Matrescence - Podcast), que je recommande à tous (père et mère bien sûr, ça concerne tout le monde !!!) pendant la grossesse et après pour pouvoir se préparer à son rythme

- rompre l'isolement : puisque notre société nous a isolé, nous devons donc créer nous même les groupes qui nous enrichissent. Ca peut être la famille, des amis, les réseaux sociaux... En revanche, il est fondamental de s'entourer de gens qui vont nous apporter du bon, avec bienveillance, qui vont accueillir nos paroles sans les juger ou sans chercher à nous donner des solutions sauf si on leur demande... Bref, faire un choix avisé des personnes qui vont être notre "support group" parce que les mauvaises personnes pourraient nous mettre un peu plus la tête sous l'eau que l'inverse ! Donc nous entourer de personnes bienveillantes. N'ayez pas peur de dire ce que vous vivez et ressentez. Vous verrez, vous découvrirez que vous n'êtes pas la seule ! Et que vous êtes normale...

- s'enrichir des expériences des autres : vous n'être pas la première qui vit tout cela, en fait, tous parent a vécu ça. Alors discutez, demandez, écoutez... Une des questions que je trouve les plus enrichissantes est "qu'est ce qui t'a aidé le plus ?" ou "Si c'était à refaire, que ferais tu différemment ?"

- ne vous jugez pas : vous êtes une personne normale, avec ses qualités et ses défauts, avec ses jours où ça va et ses jours où ça va pas, avec ses envies d'ailleurs plus ou moins fortes... Bref, imparfaite donc. Et ça tombe bien parce que la perfection, quel ennui !!!! Soyez indulgente avec vous. Et prenez le temps ! Notre société va vite, souvent bien trop vite... Et certains temps humains ne sont clairement pas en adéquation avec la vitesse de notre société. Ca serait illusoire de vouloir presser ce temps humain pour le caler aux attentes sociétales. L'humain n'en sortirait que plus blessé... Vous avez le temps, la vie devant vous en fait !

 

Souvent, et de manière compréhensible, lors d'une première grossesse, on voit la première montagne devant nous, l'accouchement, et on focalise nos efforts et notre préparation sur ce premier objectif. Mais c'est ça le truc, ce n'est qu'un début. Le gros du chemin se trouve derrière et c'est souvent compliqué de le voir si on ne nous a pas sensibilisé avant... Et donc, on doit gérer les obstacles quand ils arrivent sans compréhension et préparation préalable. Et donc forcément c'est bien plus difficile ! Voilà le pourquoi de ce billet. Le chemin est incroyable et mène à des choses très enrichissantes mais il n'est pas sans cailloux plus ou moins gros sur la route. Alors autant s'équiper un peu avant, non ?

Annotation 2020-06-27 152713