Whaou !! Ca fait un bail !!! Ca n'est pas que je vous ai oublié mais j'ai eu une année particulièrement chargée ! J'ai commencé des dizaines de billets dans ma tête, quand je croisais des sujets qui me paraissaient intéressants, mais je ne les ai jamais écrit.

En fait je me suis lancée dans un projet qui trottait dans ma tête depuis quelques années : j'ai décidé de me former en acupuncture. Et c'est tout et plus que ce que j'imaginais ! La médecine chinoise est impressionnante. Tellement ancrée dans le réel... Ca me donne ce qui manque à la médecine occidentale traditionnelle : la considération de l'humain dans son histoire, son environnement... Bref, dans sa totalité ! C'est un bonheur !!!

Et c'est aussi un travail énorme... Une nouvelle manière de penser l'humain, une nouvelle manière de penser le soin, une philosophie de base qui n'est pas la mienne... Ca me remue aussi personnellement. Ca me fait réfléchir sur ma propre histoire, sur ma vie, sur mes choix... 

Et en ce moment, c'est pas la joie parce que les examens sont très très bientôt, et je réalise que mon cerveau n'est plus celui de mes années d'étude et que ce gros morceau résiste à rentrer dans ma tête. Et puis je suis fatiguée parce que je n'ai pas pris de vacances ou de journée off depuis septembre (tous étant consacrés à mes jours de cours). Et puis mon rythme de travail étant ce qu'il est (je ne me plains pas de beaucoup bosser, mais il faut avouer que parfois c'est lourd)...

Et il y a quelques jours, une sage-femme d'un des groupes sur mon réseau social préféré, a posté son histoire de burn out. Que son corps a laché alors qu'elle était chez une patiente. Qu'elle a fait un petit séjour en soins intensifs cardio... Bref, le gros rappel à l'ordre en somme...

S'en est suivi une discussion où se mêlaient témoignages de situations un peu identiques, conseils pour éviter tout ça, etc... Et un témoignage m'a particulièrement interpellé. Une collègue disait imaginer fréquemment avoir un accident de voiture (petit, hein !) avec soulagement, pour être ainsi obligée de s'arrêter. Et là, ça m'a frappé ! C'est quelque chose que je fais fréquemment... Je me traitais de pathétique et j'oubliais, jusqu'à la fois d'après. Mais les choses prennent une toute autre perspective quand ça ne vient pas de nous. 

J'ai déjà été très limite concernant le burn out. Et je pensais avoir tiré les leçons pour mieux m'occuper de moi. Mais manifestement, ça n'est pas vraiment le cas... C'est si facile de se laisser entrainer sur cette pente ! Surtout quand on aime ce qu'on fait et qu'on a des humains en face de soi qui ont aussi besoin de nous. 

Mais depuis quelques temps, en dehors du travail, je n'arrive plus à rien. J'ai pris le prétexte d'être trop occupée par l'étude de l'acupuncture mais en fait ça n'est que ça, un prétexte... Parce que si je suis vraiment honnête, je n'arrive plus... Je n'arrive plus à m'occuper de moi et de mes patientes. Je n'arrive plus à profiter des choses... Mais comme mon corps tient encore, je me dis que ça va ! Malgré mes journées off à passer à dormir (la semaine dernière j'ai dormi 18h/24 sur mon jour de repos)...

Bref, je ne fais pas ce billet pour qu'on me prenne en pitié mais plus parce qu'il me parait important de partager la détresse du monde de la santé (même si ça n'est pas exclusif à ce domaine). Nous sommes dans le soin parce que nous l'avons choisi, ça veut dire que nous avons choisir de nous occuper des autres. Ca veut dire que nous avons à coeur l'harmonie et le bien être. C'est donc facile de tirer sur la corde sentimentale pour pousser un peu plus. L'organisation du système de santé est de plus en plus éprouvante pour des personnes qui ont ce type de fonctionnement. Et on nous rajoute des contraintes, des risques supplémentaires, des difficultés de gestion, la peur de l'avenir... Plus nous avons parfois à faire face à des patients très consuméristes ou irrespectueux, qui ne comprennent pas l'idée que nous sommes des êtres humains comme les autres et que nous avons tous des limites (enfin moi, j'ai plutôt de la chance, ce sont mes patientes qui me réprimandent parce que je ne prends pas assez de vacances...). Ca entraine de la souffrance partout ! Chez les soignants, qui soignent moins bien et ne sont plus en accord avec leurs fondamentaux et chez les patients qui sont parfois maltraités et mal soignés... 

la-corde-casse-burn-out

Je suis bientôt en vacances (après mes examens...). J'avais décidé de prendre deux semaines (mes seules vacances en un an...). Je crois que je vais essayer de faire une folie et tenter de voir avec ma remplaçante si elle peut me remplacer une semaine de plus... Il me semble que c'est nécessaire... Et je vais prendre de bonnes résolutions pour mon retour : penser un peu plus à moi, être un peu plus égoïste pour pouvoir mieux m'ouvrir à l'autre... Je ne sais pas comment on fait mais je trouverai bien ! Ce que je dis à mes patientes en somme, mais que je n'arrive pas à mettre en pratique pour moi, bien sûr !