echange_de_liens

La galère, en troisième, c'est de trouver un stage "d'observation professionnelle", c'est à dire tu passe une semaine à regarder. Si tu as un peu de bol les gens sont sympas et t'expliquent, ou sinon, tu passe la semaine à attendre que le temps passe... J'avoue être bien contente d'être si vieille (!!!) que je n'ai pas eu à passer par là ! Surtout dans mon coin de campagne, le choix est limité !!!! J'ai donc la chance d'accueillir 1 à 2 fois par an, une jeune fille (jamais eu de jeune homme jusqu'à présent) qui vient parce qu'elle veut "travailler avec des bébés". C'est pour la plupart la première raison formulée. A l'exception d'une qui était parfaitement au courant du champ de compétences des sages femmes, les autres l'associent presque exclusivement aux bébés. 

J'aime tellement mon métier, je le trouve tellement important, et j'aime tellement partager ce qui me passionne, qu'il ne  m'est jamais venu à l'idée de refuser ce type de demande. Et puis d'un point de vue plus "philosophique", la transmission est quelque chose que je trouve essentiel ! Au delà de ça, quel meilleur moyen de promouvoir mon métier que de montrer aux personnes qui commencent leur vie de femme quel travail est le mien. C'est tout bénéf ! Pour elles, et pour la profession !

Et ça paie ! A tout point de vue ! Leur regard neuf, leurs questions pertinentes, leurs interrogations ! J'y gagne ! Et voilà que mercredi j'ai une interview filmée pour parler de la contraception d'urgence ! C'est drôle. Ca fait 2 fois que j'ai des demandes de lycées, par des anciennes stagiaires, sur des thèmes finalement assez éloignés de leur vision initiale du rôle de la sage femme. En même temps, penser bébé quand on est au lycée, c'est pas le plus fréquent ! Alors que penser contraception (d'urgence ou non) et IVG, c'est plus proche des préoccupations immédiates. Et je ne suis pas mécontente qu'on me demande, à moi sage femme !

Et si en plus, ça peut leur faire penser qu'elles peuvent venir me voir pour leur suivi gynéco, potentiellement éviter l'éventuelle longue quête d'un soignant qui leur convienne pour un suivi si personnel et peu évident à tout âge (je parle de ma propore expérience mais je sais ne pas être un cas particulier, pour ça en tout cas !!!) ! On a donc tout à y gagner ! 

Je finis par une citation "Partage ce que tu sais; elles te le rendront au centuple." Le Choeur des femmes, M. Winckler. Toute ma philosophie de soignant résumée en un livre. Lisez le ! Ca risquerait seulement de vous faire du bien...