misogynieHier, je reçois Virginie. Elle vient pour de la rééducation du périnée, après sa deuxième grossesse. Je la connais un peu quand même, elle m'avait contacté enceinte alors qu'une crainte dont je ne me souviens plus lui tordait l'estomac, puis nous avions continué à nous voir lors de la préparation à l'accouchement, l'accompagnement à domicile... Et la voilà, pour la rééducation. 

Et elle commence par : "Je voudrais vous parler de la contraception." Je sentais bien qu'il ne serait pas question de rééducation aujourd'hui...

Après moultes circonvolutions et autres détours, nous arrivons à son idée initiale : la contraception définitive. Et comme si elle avait besoin, elle cherche à se justifier : "Vous comprenez, j'en ai déjà 2, je n'en veux pas d'autres... On a pas les moyens..." Et moi de l'arrêter : "Vous n'avez pas besoin de justifier votre demande ! C'est un choix comme un autre, et si c'est le votre, alors c'est le meilleur pour vous !" 

A qui l'adresser ? J'avoue que je ne m'étais pas encore renseigné autours de moi... Avec un peu de bol, mon gynéco super compétent, hyper sympa et très collaboratif pratique la contraception définitive !!! Parce que sinon, ben ça devient problématique...

Il y a ceux qui ne le font pas (après tout, c'est leur droit), ceux qui le font mais c'est eux qui décident si c'est une bonne idée pour la patiente (après avoir rempli un questionnaire digne des lettres de motivations pour le meilleur job du monde !!!!), et puis ensuite vient la leçon de morale "vous êtes sure ? Parce que c'est définitif ! (Ah ? J'avais pas compris, avec un nom pareil...) Et puis on ne sait jamais ce qui peut se passer dans la vie ! Imaginez vous perdez vos enfants, vous aurez peut être envie d'en avoir un autre (agréable perspective... Et donc je voudrais remplacer mes enfants partis, si je comprends bien...), si vous rencontrez un nouvel homme et qu'il veut ! Si vous avez envie brutalement d'un "petit dernier"..."

Comme dirait ma grand-mère, avec des si, on mettrait Paris en bouteille ! Et puis surtout on ne ferait jamais rien ! Et puis c'est SON corps, SON choix et à elle d'en assumer les conséquences !!!!! Et si on arrêtait de la prendre pour une écervelée, je n'ai aucun doute qu'elle y arriverait très bien. 

Non mais sans blague ! Est qu'il y a une femme qui irait se faire stériliser sans y réfléchir une petite seconde ? Au delà du fait que le choix de chacun est à respecter (notre job est l'information, pas la décision), quelle image de la femme ce genre de discours envoit ? Encore et toujours la gentille idiote, incapable de se projeter, de réfléchir et d'assumer les conséquences de ses choix !!! Et ça... Comment dire !!! Ca m'irrite un tantinet...

Je ne suis pas particulièrement féministe version "les mecs tous des cons et moi aussi je peux porter 20 tonnes/casser un mur/pisser debout". J'adore qu'on m'ouvre la porte, qu'on change ma roue ou qu'on porte les trucs lourds à ma place. Je sais que je peux le faire, je choisis simplement de laisser les autres le faire ! Mais ça ! Ca donne furieusement envie d'être féministe version "tu as un cerveau, j'ai un cerveau, utilise donc le tien au lieu de partir du principe que je ne sais pas utiliser le mien ! Abruti !"

Avant, la misogynie c'était "t'es trop con pour avoir une opinion, tu ne votes donc pas.", dans la version moderne on a "tu es trop con pour avoir une opinion, tu ne choisis pas ta contraception."... Bref, tout change et rien ne change... En tout cas, il y a encore du boulot !!!