Quand j'ai annoncé à mes amis et mes proches que je m'installais en libéral, la plupart des réactions ont été : "Super ! Tu vas pouvoir gérer ton planning comme tu veux, prendre des vacances quand tu veux !"... Bilan des courses, je n'ai pas pu prendre de vacances pendant 2 ans ! Bon, étant donné que nombre de mes collègues arrivent à en prendre, et avec la connaissance de la gestion toute personnelle de mes finances, l'exercice libéral n'est clairement pas le seul à mettre en cause dans cet état de fait, mais il en a quand même une grosse responsabilité !

Effectivement, quand on s'installe en libéral, on est confronté à une donnée inconnue : la gestion d'une entreprise ! Ben oui, on est une toute petite entreprise, mais une entreprise quand même ! Il y a non seulement l'administratif et tous ses menus plaisirs, mais aussi la gestion financière, avec des revenus irréguliers.

Quand on s'installe en libéral, on est également confronté au patient de manière différente, plus personnelle. On est en face à face, sans être "protégé" par une structure. On est seul, face à lui. Et ça aussi, c'est sacrément compliqué !

Ca fait donc deux bonnes raisons de travailler sans pouvoir "gérer son planning comme on veut" : le côté "entreprise qui ne repose que sur moi" et le côté "patient qui ne repose que sur moi". 

Avec le temps, et les débordements, on arrive à assurer une balance qui permet d'avoir une vie plus équilibrée. Mais que c'est difficile, et douloureux parfois ! Mais que c'est nécessaire aussi.

J'ai récemment lu un article d'un magazine sur une jeune généraliste, qui a été obligée de prendre des mensures drastiques pour pouvoir continuer son travail et avoir une vie satisfaisante. Heureusement qu'elle est sacrément motivée et qu'elle aime passionnément ce qu'elle fait, car plus d'un aurait jeté l'éponge ! Il se trouve ici. Il peut y avoir par là une piste de réflexion sur les causes de non installation de jeunes médecins généralistes par exemple... Ca m'a rappelé, mon cas est heureusement d'une bien moindre mesure, dieu merci, certains apprentissages difficiles de ma vie professionnelle.

SONORE

Un de mes credo est la disponibilité pour mes patientes. Je n'ai pas de secrétaire car je préfère les avoir directement au téléphone. Idéalement, je voudrait être en libre accès ! Mais libre accès ne veut pas dire libre service !!! Parce que des coups de fils à des heures indues, des sms en pleine nuit, suivis du second sms demandant pourquoi je ne réponds pas... Bref, des gens qui, puisque la nouvelle technologie permet de contacter, contactent, sans regard pour la personne qu'ils contactent. Certains collègues, médecins en général, me racontent qu'ayant donné leur mail à certains patients, se retrouvent avec des mails envoyés en pleine nuit avec des questions aussi existencielles que "je tousse, est ce que je dois consulter ?". En pleine nuit !!! Ils s'attendent à quoi ? A une réponse ? Nous ne sommes pas des forums internet à nous tout seul (en quantité comme en qualité, je recommande le praticien, bien sûr...).

Bêtement, j'avais tablé sur le fait que la relation que j'établis avec mes patientes est un échange, de confiance, de respect... Avec la plupart, c'est d'ailleurs le cas ! Voir même, ce sont elles qui me disent de me ménager ou de partir en vacances... Mais il y a toujours ceux qui gachent tout, et pensent que je suis à leur service. Et là, ça ne passe pas ! Et quand j'ai compris, je les oriente vers quelqu'un d'autre parce que si notre relation n'est pas sur ces bases, je ne peux pas continuer. Mais c'est terrible de devoir régulièrement poser des règles de respect et de simple éducation ! Alors, maintenant, quand je dis à mes patientes qu'il ne faut pas qu'elles hésitent à m'appeler, je précise : "Je ne répondrai pas forcément, mais si vous me laissez un message, je l'écouterai. Si je suis en week end, et que j'estime que ça ne peut attendre lundi, je vous rapellerai. Mais bon, à 20h, je ne bosse pas, hein !!" Et malgré tout, le 31 décembre à 21h29, j'ai reçu un appel pour un oubli de pilule... Je n'ai pas décroché mais sérieusement ???? Ca n'est pas parce que cela est possible qu'il faut le faire ! A force de quoi, nous allons nous épuiser et nous lasser de notre si belle mission : vous accompagner !

Bref, pour que nous puissions prendre soin de vous, vous devez aussi prendre soin de nous ! Ca s'appelle le respect et la réciprocité, et sans ça, rien ne va !