Comme certains le savent, je suis sur un fameux réseau social grâce auquel je papote avec des sages-femmes, des médecins, des femmes qui veulent des enfants, qui n'en veulent pas, qui vont accoucher... Bref, avec plein de monde.

Ce soir, j'ai vu un post qui m'a fait réagir. Il concernait une demande d'une future maman. Elle cherchait à se renseigner concernant l'organisation d'une sortie précoce après son accouchement, soit moins de 12h après son accouchement. C'est une pratique courante voir systématique dans un certain nombre de pays comme le Royaume-Uni, la Suisse... Bref, des pays ayant une santé maternelle et néonatale meilleure que nous.

On n'est pas en prison à l'hôpital ! On peut prendre la décision d'en sortir quand on veut. Parfois, ça n'est médicalement pas une bonne idée, dans ce cas, on sort contre avis médical, et parfois il n'y a pas de souci et on sort tout court. Quand un accouchement se passe sans particularité, que le bébé et la maman va bien, nous nous trouvons dans la deuxième possibilité. A plus forte raison quand la maman a un suivi organisé à domicile avec une sage-femme et un médecin... Bref, un maman et un bébé qui vont avoir un suivi, juste pas à l'hôpital !

C'est sans compter les stakhanovistes du pouvoir médical ! Eh bien oui... C'est bien connu ! Pour certains, les patients ont à peu près 5 ans d'âge mental dans leurs meilleurs jours et c'est NOUS, nous la grande confrérie du corps médical, qui savons ce qui est bon pour elle/lui/eux... Enfin bon, quand je dis nous, je veux dire lui bien sur, parce qu'il a aussi forcément raison face à ceux du corps médical qui ne pensent pas comme lui... Ben oui il a Raison ! La Vérité c'est lui...

Revenons en à cette future maman, déjà maman de 2 bambins, et qui veut rentrer rapidement chez elle après son accouchement. Elle a donc sa sage-femme qui va venir la voir, et un médecin pour voir son pitchoun. Et malgré cela, on lui a opposé une fin de non recevoir... Une fin de non recevoir à quelque chose qui n'est pas une demande mais une information ! C'est fort, ça, non ? En effet, on ne doit pas "demander la permission" de sortir, comme j'ai dit, on n'est pas en prison, mais on peut "informer que l'on sortira" ! 

Quand on craint pour la vie d'un enfant, comme le parent est responsable de cet enfant, et si c'est lui qui est la cause de la mise en danger de la vie de l'enfant, on fait appel au procureur de la république. Les instances spécialisées regardent alors s'il y a élément de danger ou non. Cette instance choisit soit une intervention directe (par exemple, lorsqu'un enfant arrive aux urgences dans un état terrible du fait de la famille), soit une enquete plus ou moins rapide (suspicion de violences conjugales devant les enfants par exemple), ou laisse tomber (dénonciations calomnieuses ou non etayées par des faits évoquant un danger...).

mr3ade3b440c0e15

Et donc, à cette maman, lui a été évoqué le risque d'appel au procureur de la république... Pour vouloir quoi ? Rentrer chez elle alors qu'elle et son bébé vont bien ? Qui plus est avec un suivi organisé derrière (ce qui ne devrait même pas être une condition préalable, bien que personellement ça me paraisse raisonnable...) ? Quel chantage basé non sur une bonne idée médicale mais sur la bêtise humaine qu'est le "moi je sais mieux que vous ce qui est bon et puis vous êtes de principe stupide" !!!! Sans compter que c'est completement illégal ! C'est contraire au code de la santé publique et à la charte du patient hospitalisé !!! 

Mais que de tracas pour une jeune maman ! Est ce ainsi qu'on peut envisager sereinement de vivre sa rencontre avec son enfant ? Est ce ainsi que peut s'établir une relation de confiance avec le monde médical ? Ce genre d'attitude ne peut qu'attiser la crainte et le rejet ! Et donc entrainer des risques pour la santé des gens, par crainte d'aller consulter au risque de tomber sur ce genre de personnes...